Denis : un « étudiant interviewer »

Interview de Matthieu RIVA,
directeur des Ressources Humaines de Biocoop Vesonbio à Besançon le 15 avril 2020, par
Denis DZUHO, étudiant BTSA TC 1° année

Des rayons vides, des files d’attente qui s’étirent : les magasins d’alimentation sont pris d’assaut par les Français. Matthieu RIVA, directeur des Ressources Humaines de Biocoop Vesonbio à Besançon, assure qu’il n’y aura pas de pénurie. En revanche, pour lui, la chaîne alimentaire est devenue aujourd’hui un service public.

Pour Matthieu Riva, la plus grande problématique reste l’absentéisme des salariés en insistant sur la nécessité de les protéger et la gestion des stocks contre la pénurie.

Pour assurer la protection des salariés, l’enseigne Biocoop Vesonbio à installé des plaques de plexiglas à toutes ses caisses, des masques et gants pour les employés, du gel hydroalcoolique à disposition des clients et des employés. Le magasin a recruté un personnel de nettoyage pour désinfecter les caddies, les téléphones, les caisses, les poignées,… Cet employé travaille 17 heures par semaine.

Selon lui, les salariés se sentent investis d’une mission et sont fiers de « sentir que les français ont besoin d’eux. On a vraiment le sens civique. On est aujourd’hui plus un service public qu’un magasin alimentaire ». 

« Il y a bien évidement eu des ruptures de stock ces derniers jours mais c’est le pic d’activité sans précédent que l’on a connu qui est à l’origine de ça », précise Monsieur Riva. Au début du confinement, on a eu des files d’attente de 20, 30, voire 40 personnes, Place du Maréchal Leclerc. La régulation était même impossible, donc oui, il y avait des rayons vides. Mais des pénuries, il n’y en aura pas. La production et l’industrie continuent de tourner !»

On peut souligner, pour conclure, que le chiffre d’affaires a doublé durant cette période et que les employés recevront une prime.

Denis DZUHO, étudiant BTSA TC 1° année

logo Biocoop

Vous aimerez aussi...