Ustrzyki Dolne :)

En route vers Ustrzyki Dolne et la Pologne

Dimanche 14 mai 2017

Terminale GMNF au pied de la Citadelle avant les premières lueurs du jour. Le départ est donné dès 5h 50 par le MC (Master of Ceremony), GO (Gentil Organisateur), MLP (Mathieu Le Peutrec) suivi de ses acolytes, sobres et alertes : NL (Nathalie Linglois) et SB (Serge Baechler) devant F-X (François-Xavier). Certains auraient pu se dire : « Mais dans quelle galère se sont-ils fourrés ? ». Loin de nous ces pensées sombres et malveillantes. Nous partîmes avec au front une mâle assurance mais nous ne nous vîmes que 21 en arrivant au port … aérien de Bâle-Mulhouse, donc sans perte ni fracas.
EasyJet nous attendait et nous attendions EasyJet avec peu ou prou d’appréhension, selon les personnes et l’accoutumance aux vols aériens. 9h 05 : le décollage fut réussi et les coeurs … et les estomacs de rassérénèrent lors du vol de 2h20. La Pologne nous attendait !
Cracovie au sud de la Pologne. Nous embarquons dans nos véhicules. Non ! Pas de charrettes, pas de chars ni de chevaux pour tuer les préjugés tenaces et récalcitrants ! De l’automobile : Seat Alhambra, Kia cee et Renault Trafic (9 places). Que du neuf ! La route est large et le soleil brille tout au long de nos 360 km d’autoroute et de routes, plein Est vers Ustrzyki Dolne (c’est bien sur les cartes) à moins de 10 km de l’Ukraine. Fin de l’Europe !
Nos chalets montagnards nous attendent au bas des pistes de ski. Pas de fol espoir de descentes dans la blanche neige ! Le vert nous entoure : de l’herbe, des arbres, des forêts et des salades des jardins environnants.

Chacun trouve sa place dans des chambres boisées et propres. Salle de bain, salon et cuisine, nous sommes en autonomie. Chaque repas est concocté par les chefs et « cheffes ». De mémoire, aucune critique n’a été proférée concernant la qualité ou la quantité. Et la vaisselle ! Ah ! La vaisselle ! Beau travail de groupe ! Ce soir-là, nous faisons un repas « pizzas ». En effet, les contrastes alimentaires violents risquent de perturber une jeunesse attachée au traditions culinaires nationales. Sage décision !

Dans les montagnes

Lundi 15 mai 2017

Réveil sans fanfare ni violons et non violent. Départ pour les hauteurs, la montagne, les chaumes, la forêt, les bisons, le ciel bleu limpide et le liseré bleuté d’une ligne qui franchit les frontières ukrainienne et slovaque, pour les villages disparus, fantômes d’un autre âge dont la population a été déplacée après la guerre. Le printemps est vif, les arbres ont une verdure jeune et pimpante, l’eau est vive aussi et claire dans les rivières traversées dix fois sur les routes sinueuses flanquées de pentes boisées et raides. Les villages ou hameaux sont rares, presque le strict nécessaire de l’humanité.
La montée au sommet est époustouflante et essoufflante. Terre humide et vivante : populage des marais, myrtille, grande berce, prairie verdoyante, chair lisse ou plissée aux coudes, aux genoux, au cou des hêtres, chaumes et bruyères dans les roches du sommet qui nous offre un panorama de 360° sur les trois pays qui se rejoignent, si proches, à 1230 m d’altitude.
Plus bas, mais plus haut, une église de bois bituminé contient le sommet d’une colline où nul vestige de l’antique village ne surgit. Miracle de bois, de piété populaire, juchée au sommet de la colline, à l’intersection des églises romaine et orthodoxe, fusion de la pensée et des dogmes. C’est du religieux venu du coeur.
Nous sommes visiteurs de bisons européens, les wisents et zubr en polonais. Programme de réintroduction lente et méthodique. Lâcher dans la grande forêt d’où nous sortons et contrôle par GPS des 300 têtes qui sillonnent le parc national des Bieszczady, en hardes et en liberté. Belles bêtes qui n’ont rien à envier à leur homologues américains par la taille et la carrure. Force paisible. Bonne nuit au retour ! La journée a été bien remplie.

Sanok et les musées

Mardi 16 mai 2017

La pluie fait des claquettes. Nous allons à Sanok au musée des maisons traditionnelles. Là, sont reconstituées ou remontées des maisons de tout le pays. Entre deux averses, nous nous faufilons entre les maisons qui ont abrité, permis, parfois de façon précaire, la vie pastorale des siècles passés. Un rai de lumière éclaire dans une chasse suspendue à l’entrée d’une ferme. Un Jésus pensif, peut-être dépressif , assis, le coude appuyé sur sa cuisse et sa tête posée sur son poing fermé regarde le monde, découragé.
Nous allons au château voir les trésors : collection d’icônes du XV ème au XVIII ème siècles. Ferveur religieuse mais aussi instruction par l’image et l’exemple. Plus loin, les temps modernes naissent sous le pinceau illuminé du peintre Zdzislaw Beksinski qui ne peut laisser indifférent par la puissance évocatrice de ses représentations chargées de symbolique visionnaire tourmentée et douloureuse.

Ustrzyki Dolne

Mercredi 17 mai 2017

Le beau temps refait les couleurs. Nous allons au musée du parc national des Bieszczady. Il présente la faune, la flore, le climat et la géologie de la région en tableaux didactiques quelque peu surannés, parfois.
Aubaine gastronomique ! Le restaurant voisin du musée, « Bar Ewa », nous propose des plats traditionnels polonais : bortsch (soupe de haricots et betterave rouge), pirogui (ravioles fourrées de purée de pomme de terre), pommes de terre cuites à l’eau assaisonnées d’aneth et escalopes de veau pannées. Les ventres se remplissent avec délectation.
L’après midi est libre. Visite des environs, lac et églises ou balade en forêt à la recherche des biches … ou sieste ! Le départ est prévu le lendemain à 6h 30 du matin. Gageure ou utopie chimérique, voire cauchemar ?

Cracovie

Jeudi 18 mai 2017

Hélas, trois fois hélas :  le pari est perdu ! Futilité de l’ambition, de l’arrogance humaine, de l’orgueil et de la prétention sans bornes. Nous partons à … 6h 35 seulement !
Retour à Cracovie sous un soleil majestueux. Nous abandonnons nos véhicules dûment inspectés par l’agence Hertz. Soulagement ! Aucune égratignure ne vient ternir notre amour propre. En tram, nous nous rendons au coeur de la grande ville, sur la place du Marché. Nous allons voir à la Fontaine nos chambres. Surprise de taille ! Ce ne sont pas des chambres mais des appartements spacieux avec salon, cuisine, salle de bain et vue sur les monuments de la ville.
La cathédrale de Wawel contraste avec la foi des campagnes. Somptueuse gloire à la foi, au décor exubérant, qui semble émaner du monde au-delà et qui se doit de convaincre et asseoir un pouvoir temporel. Le marché couvert nous apporte son lot de boutiques qui dispensent les babioles, les souvenirs matériels de notre venue, au centre d’une foule cosmopolite où chantent presque toutes les langues du monde. Grande activité mais pas agitation ni souci de sécurité. Le contraste est grand avec le coin de terre verdoyant, presque oublié, où nous étions le matin même.
Les rues adjacentes parlent d’un passé riche qui remonte très loin dans le temps qui nous fait défaut pour visiter tous les coins, recoins et interstices. Dommage ! Il faudra revenir, c’est bien la seule solution… Une très bonne solution ! Le pays est beau, riche de culture, nature et de ses habitants accueillants.

Retour

Vendredi 19 mai 2017

Le tram nous mène à l’aéroport. Départ prévu à 13h. Repas rapide de sandwiches pris sur le pouce et le côté de la file d’attente. Nous passons tous le contrôle terminal, plus ou moins vêtus ! Décollage et atterrissage en douceur même si les craintes et appréhensions du départ n’ont pas été toutes apaisées.
Retour à la France. Air familier dans une fraicheur marquée. Il ne fait que 9°C alors qu’à Cracovie nous avions 26°C. Boucle bouclée, retour à la Boucle bisontine.

Remerciements : Groupe merveilleux qui nous a fait plaisir d’emmener si loin et si longtemps (quoique …). Nous avons vu des choses qui nous ont rempli les yeux de leur nouveauté et leur richesse. Nous avons vu les personnes du groupe qui, toutes très différentes, se sont impliquées dans le voyage en le rendant viable, vivable, agréable, plaisant et, qui sait, inoubliable ? Nous avons partagé des moments de vie en se donnant les uns aux autres et en se faisant confiance.

Vous aimerez aussi...